Collectivités

Trois étapes sont nécessaires pour la transmission d'une maladie infectieuse d'un individu à l'autre :

  • L'agent pathogène doit être excrété par le sujet malade ou par le porteur sain (par ordre de fréquence : nez, bouche, selles, peau, urine)
  • Il doit être transféré à la personne saine (par ordre de fréquence : aérosol, contact direct ou indirect via les objets ou une autre personne)
  • L'agent pathogène doit atteindre un site susceptible (bouche, nez, oeil)

Les collectivités d'enfants (école, crèche, halte-garderie), mettant en contact de nombreux individus dans un espace relativement restreint, favorisent la transmission des agents infectieux.

La transmission des virus, bactéries et parasites à partir des sujets malades ou des porteurs sains à des individus sains se fait par l'intermédiaire des sécrétions nasales et buccales (postillons), des selles, de l'urine ou de la peau (contact direct ou indirect via les objets ou une autre personne).

Les collectivités d'enfants (école, crèche, halte-garderie) mettant en contact de nombreux individus dans un espace relativement restreint favorisent la transmission des agents infectieux.

Les crèches sont particulièrement impliquées du fait de :
  • La promiscuité et la convivialité de ce mode de garde
  • L'immaturité des processus de défense immunitaire des jeunes nourrissons avec un portage de germes plus fréquents et plus prolongé
  • Facteurs propres à la petite enfance (incontinence, succion des mains et des objets, dépendance vis à vis d'adultes donnant des soins multiples)
L'immaturité immunitaire est maintenant bien connue :
  • Le passé immunitaire est quasi inexistant (innocence immunitaire) de la naissance au sixième mois, les nourrissons perdant progressivement les anticorps maternels transmis, en particulier les IgG 2
  • Leur capacité à fabriquer des anticorps de type IgG 2, contre les polysaccharides (antigènes thymo-indépendants), qui constituent la capsule de nombre de bactéries, est limitée
  • Enfin, la synthèse des IgA sécrétoires paraît restreinte

Probablement lié à leur immaturité immunitaire, le portage des bactéries potentiellement pathogènes (S. pneumoniae, H. influenzae, M. catarrhalis) est plus fréquent et plus prolongé chez le nourrisson. Chaque enfant véhicule des virus, bactéries et parasites, qu'il peut transmettre aux autres enfants de la crèche mais aussi au personnel et à sa propre famille.

Un certain nombre de facteurs liés à la petite enfance (incontinence, succion des mains ou d'objets, dépendance vis-à-vis des adultes donnant des soins multiples) favorisent de plus la transmission des maladies infectieuses.

Tout cela explique que l'incidence des maladies infectieuses respiratoires, digestives ou cutanées est augmentée chez les enfants vivant en crèche.

Crèches, écoles, halte-garderie

La fréquentation des crèches est probablement un facteur déterminant pour l'épidémiologie de nombreuses maladies infectieuses, les crèches constituant un lieu unique pour la transmission des infections. En effet, à la promiscuité et à la convivialité qu'impose ce mode de garde s'ajoutent les caractéristiques bien particulières de la population impliquée, susceptible de contracter n'importe quelle infection. Il est donc essentiel de maîtriser le risque infectieux.

Principales références : Liste sur demande

Restauration publique/municipale

Les surfaces en contact avec les mains ou la nourriture, vecteurs puissants de contamination croisées recueillent et disséminent tous les types de germes. Les surfaces en contact avec les mains et la nourriture sont : les planches à découper, les plans de travail, les réfrigérateurs, les ustensiles de cuisine... Dans le but de minimiser les risques d'infection, il est important de désinfecter régulièrement tout ce qui est en contact avec de la nourriture.

Principales références : Liste sur demande